Par Lucie Jenny Mazzolapsychologue et art-thérapeute agréée ASCA et RME.

« Créer, c’est s’exprimer, revisiter son histoire, explorer ses ressources et se transformer. »

Association des arts-thérapeutes romands (ARAET)

La maladie nous fige, nous bloque. Tout semble au point mort. Mais quelque part dans notre corps, dans notre tête, subsiste des graines de possible. Des graines qui, tel des pousses dans un désert aride où toute forme de vie semble avoir disparu, vont germer et transformer le paysage. Pour cela, peu de choses suffisent : du temps et de la confiance. Confiance qu’un changement est possible telle la nature, qui semble morte en hiver, renaît patiemment mais sûrement chaque printemps.

L’art-thérapie permet de déployer des ressources, jusqu’ici insoupçonnées qui vont (re)donner confiance. Elle offre la possibilité de créer des formes pour exprimer ce que les mots ne peuvent pas. Sans nier la réalité de la douleur et de la souffrance, le processus créatif permet de l’extérioriser de mettre de la distance et de (re)devenir auteure de son histoire de vie.

L’art-thérapie permet de s’exprimer à travers la création (dessin, peinture, collage, écriture, expression corporelle ou sonore), sans se préoccuper du la qualité ou de l’apparence de l’œuvre finale. Chaque séance s’articule entre temps de parole et temps de création dans un cadre bienveillant.